L'aventure par l'écrit

L'aventure par l'écrit

Actualités de la côte Roannaise par Gilles Bardet


Alain Tarit, pompier par passion

Publié par Bardet Gilles sur 4 Septembre 2013, 22:12pm

Catégories : #Renaison

Alain Tarit est Renaisonnais, et c’est un Renaisonnais pure souche Dans cette maison non loin du bourg où il est né, il y vit actuellement, et espère bien y passer une retraite paisible. Et ce village qu’il a toujours habité. Il l’aime à un tel point qu’il ferait tout pour le garder hors de tous les dangers. Entrée comme sapeur chez les pompiers en 1980, il obtient le grade de sous-lieutenant et devient adjoint en 1993. Continuant son parcours dans la caserne, sise alors, au cœur de la cité, il obtient le grade de lieutenant en 1999, devenant chef de centre du SDIS 42. En 2012 il acquiert son grade de capitaine la caserne avait alors déménagée vers son emplacement actuelle. C’est l’un de ses amis, Germain Deville, qui va le pousser à devenir pompiers. Une passion qui ne le quittera jamais. Une vraie passion à tel point qu’il en arrivait à prendre des congés, pour participer aux interventions en vue de combattre les feux dans le midi. Son objectif actuel, aller jusqu’à 60 ans, voir un peu plus. Et comme il nous le dit si bien lui-même : « Tant que la passion et là, je continue. Mais dès que cela deviendra une corvée, alors je laisserai la place. » L’homme est agréable. Aimé de ses hommes, il très appréciés de ses supérieurs, car c’est un vrai meneur d’hommes qui sait déléguer. C’est un homme qui a une grande confiance en ses hommes, et ceux-ci le lui rendent bien qui savent, même s’il est absent, apporter un service efficace à la population. Lorsqu’il a intégré les nouveaux locaux se trouvant le long de la départementale, locaux qui rappelons-le sont le résultat du travail patient de Jean Mayeux, de la municipalité de l’époque et du SDIS, il a participé à l’élaboration du plan de la caserne en tenant compte de l’avis de ses collaborateurs. Comment imaginer cet homme diriger une compagnie, et assumer la responsabilité d’un tel ensemble. Car son métier, à ses débuts, était bien différent. Soudeur à l’origine, la passion va prendre le dessus et il deviendra pompier. En 1983, il assure alors la sécurité à l’arsenal de Roanne. Devenu pompier, il exercera son métier auprès des établissements militaires dans un atelier d’aéronautique à Clermont-Ferrand. Nous l’avons dit, sa passion passe avant tout. Toutefois il admet volontiers attendre la retraite afin de profiter pleinement de sa famille qu’il a un peu délaissée du fait de son métier.

Alain Tarit, pompier par passion
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :

Commenter cet article

Archives

Nous sommes sociaux !

Articles récents